loading spinner

Cet été, visitez nos brasseurs artisans !

 

Le saviez-vous ? La France compte aujourd’hui plus de 1800 brasseries artisanales réparties sur tout le territoire français.

Sur la route de vos vacances, vous trouverez toujours un brasseur artisan qui vous ouvrira ses portes pour vous faire découvrir sa passion et vous faire déguster ses bières artisanales.

La bière artisanale, synonyme d’authenticité, de qualité, de transparence
Les brasseurs artisanaux sont des producteurs de bière passionnés par leur métier qui brassent en petite quantité.
Ils ont à coeur de : proposer des produits fabriqués avec des matières premières de qualité, favoriser un approvisionnement local, privilégier les circuits courts, partager spontanément leur passion et offrir à leurs clients des bières de terroir de d’excellence.

Pour vous inviter à aller à la rencontre de ces brasseurs artisans en France et déguster des bières artisanales, le Syndicat National des Brasseurs indépendants offre, cet été, 200 bons d’achat de 20 € pour des bières artisanales !

A partir du 4 juillet, pour gagner des bons d’achat valables chez des brasseurs artisans participants à l’opération …  ➽ répondez aux questions sur la page Facebook destinationbrasseries

Alors, que vous passiez vos vacances en Bretagne, dans le Sud-Ouest, en PACA, dans le Grand Est… ou dans toute autre région de France… partez à la découverte de nos brasseries artisanales implantées au coeur de nos régions sur :
www.destination-brasseries.fr 

Communiqué de presse : CP destination_brasseries

Lire la suite

Les Brasseurs artisans et indépendants intègrent le dispositif d’aides renforcées décidé par l’état

Le 12 juin 2020

 

Depuis le début de la crise, le SNBi n’a cessé de se mobiliser afin que nos brasseries artisanales et indépendantes soient considérées comme un secteur très impacté par la fermeture administrative de nos clients du CHR et de l’événementiel.

A – Intégration au plan d’aide des CHR et tourisme

Le Gouvernement a annoncé le 10 juin le renforcement de l’aide d’État aux secteurs les plus impactés par la crise sanitaire. Ces mesures feront l’objet de dispositions législatives et réglementaires dans les prochaines semaines.
Nous restons mobilisés afin que ces dispositions soient les plus favorables possible pour nos brasseries.

Deux « familles » d’activités pourront bénéficier de ces soutiens renforcés :

  • les secteurs de l’hôtellerie, restauration, cafés, tourisme, événementiel, sport, culture
  • les activités connexes, à ces secteurs, parmi lesquelles nos brasseries, si elles ont subi une perte de chiffre d’affaires durant la période de confinement (15 mars – 15 mai) qui est pour l’instant fixée à 80 % par le gouvernement.Conscients que ce taux de perte de CA est bien trop élevé, nous allons mettre toutes nos forces pour faire baisser au plus bas ce taux. 

➽ Prolongation de l’activité partielle

Les entreprises des secteurs concernés pourront continuer à bénéficier d’une prise en charge intégrale de l’indemnité d’activité partielle pour les heures non travaillées, et ce jusqu’en septembre. (contre 85 % pour les autres secteurs)

➽ Fonds de solidarité

Le Fonds de solidarité reste accessible aux entreprises de ces activités jusqu’à fin 2020.
Seront éligibles au Fonds de solidarité, les entreprises des secteurs concernés ayant jusqu’à 20 salariés (contre 10 salariés actuellement) et réalisant un chiffre d’affaires allant jusqu’à 2 millions d’euros (contre 1 million d’euros actuellement).
Autre coup de pouce pour ces entreprises : les aides versées dans le cadre du deuxième volet du fonds peuvent aller jusqu’à 10.000 euros. Ce volet sera accessible sans condition de refus d’un prêt bancaire.
A noter que pour les autres entreprises, l’accès au Fonds de solidarité s’est achevé le 31 mai.
➽ Exonérations de cotisations sociales

Au titre de la période février-mai, les TPE (moins de 10 salariés) et les PME (moins de 250 salariés) des secteurs concernés bénéficieront d’une exonération de cotisations patronales acquittées ou reportées durant les mois de mars à juin 2020. Les entreprises auront aussi droit à une aide au paiement des cotisations et contributions sociales égale à 20 % de la masse salariale bénéficiant de l’exonération.
Les travailleurs indépendants et non-salariés agricoles appartenant à ces secteurs d’activité pourront aussi bénéficier d’une réduction forfaitaire de cotisations. Celle-ci sera égale à l’équivalent de 4 mois des cotisations dues en moyenne dans ces secteurs en 2019.
Les micro-entrepreneurs bénéficieront d’une exonération des cotisations dues au titre mois d’activité compris entre février et mai ou juin.

B – Aide à la destruction des bières

Par ailleurs, le ministre de l’agriculture nous a informé en début de semaine, qu’une enveloppe spéciale de 4,5 millions d’euros serait  allouée, pour les bières fabriquées en France, que certains brasseurs seraient amenés à détruire. Nous vous préciserons très prochainement les modalités techniques de cette mesure, tout en sachant que le SNBi avait demandé une indemnisation à hauteur de 100€/HL.

Nous restons mobilisés afin que nos brasseries soient protégées au mieux.

Unis au sein du SNBi, nous sommes et serons plus fort.

L’équipe du SNBi

Lire la suite

Réouverture des CHR

Communiqué, le 2 juin 2020

Réouverture des CHR :
nos brasseries indépendantes pourront-elles encore vendre des bières dans les bars et restaurants ?

Tout en étant respectueux de chacun, nous répétons inlassablement que les brasseurs artisans et industriels ne font pas du tout le même métier, ont des structures d’entreprises qui n’ont absolument rien à voir, et notamment des méthodes de production et des comportements commerciaux extrêmement différents.

Le SNBi est la seule organisation professionnelle à défendre spécifiquement les intérêts des brasseurs artisans et indépendants, ce sont les brasseurs eux-mêmes qui l’ont souhaité.
Il est évident que la crise impacte de manière complètement différente les petits brasseurs indépendants et les multinationales.
C’est un fait que nous expliquons aux pouvoirs publics afin qu’ils considèrent nos demandes d’aides de manière différenciée.

Concernant l’avenir, de nombreux brasseurs artisans s’inquiètent, à raison, de la commercialisation de leurs bières artisanales sur le marché du CHR et de l’évènementiel dans les mois à venir !

➽ Les faits sont simples :
D’un côté les bars, cafés et restaurants et les distributeurs : des entreprises extrêmement affaiblies, au bord du gouffre, qui se demandent comment elles vont se remettre de la période de fermeture administrative !
De l’autre côté, les fournisseurs de ces bars, restaurants et distributeurs, qui ont vu leurs ventes baisser et qui vont naturellement tout faire pour rattraper au plus vite leur chiffre d’affaires.

➽ Que risque-t-il de se passer au niveau du marché de la bière ?
Nul ne doute que les brasseurs industriels vont profiter de la détresse économique des bars et restaurants pour dégainer, plus que jamais, leurs fameux contrats brasseurs : « je te prête, mais tu achètes exclusivement chez moi »
La pratique de ces contrats qui existaient déjà avant la crise, va s’amplifier de manière considérable.
Alors que, c’est normalement aux banques de jouer leur rôle afin de sécuriser la trésorerie des bars (notamment via le prêt garanti d’état), nous savons pertinemment que dans ce secteur d’activité, ce sont les brasseurs industriels qui vont jouer les banquiers, en déployant des contrats brasseurs qui vont engager les clients du CHR à réaliser des volumes de bières d’une seule et même brasserie industrielle…!

Le schéma sera le même pour les autres produits : sodas, cafés, eaux minérales, cidres…

Qui seront les grands perdants de ce Monopoly du CHR organisé en toute légalité ?
… Les producteurs indépendants bien sûr mais également les consommateurs !

➽ C’est pourquoi le SNBi souhaite interpeller plusieurs acteurs
– L’état, tout d’abord, qui doit obliger les banquiers a systématiquement accorder le PGE aux cafés, restaurants et distributeurs.
– Nous demandons parallèlement l’interdiction administrative des contrats brasseurs.
– À la DDPP et la DGCCRF, nous demandons qu’ils veillent et poursuivent toute entreprise qui profiterait d’un abus de faiblesse d’un professionnel du secteur concerné.
– A l’autorité de la concurrence, nous demandons qu’elle veille activement aux éventuelles ententes commerciales qui pourraient apparaître entre les fournisseurs.
– Aux cafés hôtels restaurants et distributeurs, même si nous comprenons la situation critique dans laquelle ils se trouvent, nous demandons d’être extrêmement vigilants aux propositions de contrats et de renégociation de contrats qu’ils se verront proposer. Ils ne doivent pas se laisser abuser par des propositions qui même si elles paraissent généreuses, les priveront de leur liberté et leur coûteront beaucoup plus chères qu’avec une banque.

C’est un sujet extrêmement préoccupant pour les brasseurs indépendants, nous travaillons sans relâche sur ce dossier.

Le SNBi continue de se mobiliser pour défendre les intérêts spécifiques des brasseurs artisans et indépendants.

Le conseil d’administration du SNBi

Communiqué en pdf : https://www.brasseurs-independants.fr/wp-content/uploads/2020/06/CP_contrat_covid02062020.2.pdf

Lire la suite