Réuni en assemblée générale constitutive le 6 juin 2016, le Syndicat National des Brasseurs Indépendants (seul organisme spécifiquement représentatif des petites brasseries indépendantes) a élu son premier bureau et ses 14 représentants régionaux (tous brasseurs et couvrant la totalité du territoire français). Un événement dans le monde brassicole français puisque, jusqu’alors, seule une association contrôlée par les industriels de la profession se posait en interlocuteur unique.

Au cœur des missions du syndicat : défendre les intérêts des brasseurs indépendants auprès des pouvoirs publics, coordonner des actions régionales, travailler sur le statut propre au brasseur indépendant, développer un label pour promouvoir l’image de la bière artisanale et indépendante française, travailler sur les règles d’étiquetage des bières et la transparence vis-à-vis des consommateurs…

Création d’un label pour les brasseries indépendantes

Pour Jean-François Drouin (Les Brasseurs de Lorraine), président fraîchement élu, « dépassant le coté historique de l’événement, le fonctionnement fédéral et démocratique du SNBI montre que le secteur brassicole français, bien que très diversifié, a su se regrouper autour de priorités communes et cela témoigne de sa maturité. Que l’on produise 50 ou 10.000 hectolitres nous partageons tous la volonté de fournir aux consommateurs un produit de qualité, caractérisé par sa variété, son enracinement territorial, et la qualité de ses ingrédients ; mais aussi de leur permettre de distinguer nos bières d’une production industrielle standardisée. C’est d’ailleurs la raison qui nous pousse à lancer dès cet été, pour la première fois en France, le chantier d’un label spécifique pour les bières. »

Au-delà de cette première action, les nouveaux élus planchent déjà sur le développement des services à destination des membres (pour mémoire près de 400 brasseries indépendantes ont d’ores et déjà témoigné de leur adhésion au SNBI, lors des rencontres et échanges préliminaires qui ont mené à sa création) : le service de conseil juridique et social est en place (le forum Internet est en voie de finalisation), des premiers rendez-vous sont fixés avec des différentes interlocuteurs nationaux, les 14 délégués régionaux sont à l’œuvre sur le terrain…